Les fruits, des alliés santé mais avec des conditions !

Je commence cet article par une petite anecdote…

“Une amie me confie un jour qu’elle a eu une consultation auprès d’un généraliste et que ce dernier lui a vivement conseillé d’arrêter de consommer de l’alcool.

Choquée, elle lui a répondu: Mais je ne bois pas une goutte !

Il a eu dû mal à la croire, lui montrant que d’après ses résultats d’examens, son foie était en souffrance, et que cela ressemblait beaucoup à un début de cirrhose du foie.”

Connaissant très bien mon amie, je savais qu’elle disait vrai, à partir de là et avec l’aide de cette dernière, je me suis lancée dans diverses recherches et sur l’étude de son mode de vie pour tenter de comprendre. Son alimentation notamment a été l’objet de mon analyse, et cette dernière mangeait beaucoup de fruits et légumes.

Mes recherches se poursuivent et je découvre que l’on met à jour à l’étranger une nouvelle forme de stéatose, cette fois non alcoolique, nommée aussi “syndrome du foie gras”. Il s’agit d’une accumulation de graisses dans le foie.

Certains aliments contenant du fructose créent de la fermentation en attendant d’être digérés, et le fructose est métabolisé au niveau du foie. Lorsque le fructose patiente ainsi, il endommage le foie et peut faire grossir.

En effet, mon amie étant une grande consommatrice de fruits, parfois un kilo de letchis après le repas, avait pris du poids.

On trouve aussi du fructose dans les produits transformés, de plus en plus. On parle alors de fructose industriel. Il faut savoir que notre capacité naturelle à métaboliser le sucre dans de bonnes conditions est assez faible, et variable d’un individu à l’autre.

Quels sont les risques du Syndrôme du foie gras?

On peut souffrir de surpoids,  d’une augmentation du sucre sanguin (glycémie), d’une augmentation du risque de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires. La fonction hépatique quant à elle se détériore souvent silencieusement

Faut-il pour autant diaboliser les fruits et ne plus en consommer?

                               NON

Les fruits restent la meilleure forme naturelle d’apports en fructose !  Il faut juste connaître et respecter quelques règles physiologiques.
Il faut savoir que tous les groupes d’aliments n’ont pas le même processus ou le même temps de digestion.

En effet, certains aliments mettent beaucoup de temps à être digérés. D’autres, au contraire, s’éliminent rapidement.

  • Les fruits : 30 à 60 min
  • Les légumes, les céréales et les graines : 2 h
  • La viande cuite et le poisson : 3 à 4 h
  • Les crustacés : 4 à 8 h

Lorsque vous associez des aliments avec des durées de transit différentes, la digestion s’en verra affectée.

Par exemple, admettons que votre repas soit composé de crevettes et d’ananas. Comme l’ananas est associé à la crevette qui se digère très lentement, il séjournera dans l’estomac plus longtemps que s’il avait été consommé seul. Les sucres présents dans le fruit commenceront à fermenter, entraînant des ballonnements et des gaz. De plus, si la nourriture reste trop longtemps au niveau de l’estomac, les éléments nutritifs ne sont pas absorbés efficacement.

Lorsque les fruits sont consommés seuls sur un estomac vide, ils préparent le tube digestif. L’eau du fruit hydrate les voies digestives, les fibres les nettoient, et leurs enzymes activent le processus chimique de la digestion.

La meilleure manière de digérer et d’assimiler les fruits est donc de les consommer seuls, éloignés des repas. Après un repas, attendez au moins trois heures avant de manger des fruits.

En compote, ils peuvent être consommés en fin de repas.

Les fruits peuvent être associés à un repas à base de légumes. Si toutefois, des inconforts se feront sentir après le repas, consommez ce ou ces fruits loin des repas.

Les fruits sont donc vos amis !

Suggestion de Nath

Vous pouvez aussi introduire dans votre alimentation, des jus de fruits et pourquoi pas mêlés à des légumes, préparés à l’extracteur à froid, pour bénéficier de leurs nombreux minéraux et vitamines. Sachant qu’un jus est assimilé par l’organisme en 30 minutes maximum en fonction des combinaisons de végétaux choisis.